Itremma Affaires Web

Le retour de ValJalbert.com

Si vous êtes de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, vous avez sûrement entendu parler de ce qui s’est passé avec le site du Village historique de Val-Jalbert.  Le site Web a d’abord été parodié en début de semaine. Sur le Valjalbert.ca, on pouvait voir une copie du site valjalbert.com (l’original), mais avec des éléments ridiculisant le choix de la construction d’une mini-centrale électrique en amont de la chute. En tant que consultant en stratégie Web, j’ai été appelé à commenter.

NRJ me demande de parler de valjalbert.ca la copie calomnieuse

Voici ce que j’en ai dit

Copier un site est généralement facile à l’aide d’un outil qui « siphonne » le HTML, mais on voit dans cette parodie que les copieurs ont fait un gros travail au niveau de l’infographie et du contenu qui était très abondant. Donc ce n’est pas des amateurs.

Pour récupérer un .ca, c’est généralement administratif, car on peut présenter une charte d’entreprise contenant le nom du domaine pour facilement le récupérer (http://www.cira.ca/renseignements-juridiques/prd/).

On ne peut pas réserver d’avance tous les domaines. D’abord, c’est pratiquement impossible avec tous les .quelque chose et on peut ajouter des mots dans le domaine pour récupérer des .com.  Je vous recommande tout de même le .ca et le .com, minimalement.

Voici ce que j’aurais voulu ajouter

Les sites parodiques sont généralement mieux tolérés aux États-Unis, pratiquement tout ce qui est étatique a sa version parodique.  En fait, aux États-Unis, on peut presque tout faire passer si c’est une parodie comme en témoignent les nombreuses copies pornographiques des superproductions américaines ( je ne vous donne pas de lien :-P ) .

IMPORTANT POUR LES JOURNALISTES

Ne mettez pas de liens directs vers les sites à problèmes comme cette parodie, car vous aidez son référencement (le faire sortir dans les premiers résultats de recherche) au détriment peut-être du vrai site. Si vous le faites, réduisez son importance en utilisant le NOFOLLOW qui empêche les moteurs de lire le lien.

Prenez toujours le .com lorsqu’il est libre, car il est pratiquement irrécupérable s’il est déjà pris, peu importe si vous avez une charte ou si le site est calomnieux. Pour le récupérer, il ne reste que la justice et aux États-Unis en plus!

Bonne chance!

Maintenant, pourquoi le retour ?

Les déboires de Val-Jalbert ne se sont pas arrêtés à la parodie. Leur site valjalbert.com  a aussi été mis hors ligne et pendant une courte période, les dirigeants ont semblé craindre d’avoir tout perdu.

La radio de Radio-Canada me demande de commenter la perte du site original de Val-Jalbert

 

L’entrevue : http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/CBJ/CafeboulotDodo201303280715.asx

Voici ce que j’ai dit

Il serait extrêmement étonnant que le site de valjabert.com n’ait pas de copie de sauvegarde, souvent même les serveurs d’hébergement sont dupliqués pour prendre la relève.

Je comprends que koumbit n’ouvre pas ses serveurs sur une simple mise en demeure, car ces procédures à l’amiable servent bien souvent servent à régler des litiges qui ne concernent pas nécessairement l’hébergeur. Sur un mandat légal par contre, l’hébergeur doit agir. Un hébergeur est un peu comme un propriétaire de loyer. On ne s’attend pas ce qu’il ouvre la porte de son locataire sur les bases d’une simple mise en demeure qui peut-être faite par à peu près n’importe qui. Par contre, il le fera si des policiers débarquent avec un mandat légal.

Dans l’entrevue, je mentionne le fait que valjabert.com a été victime de piratage, c’est bien le cas, les coupables pourraient être traduits en justice.

Pour ce qui est de la facilité du piratage, vous devez garder vos logiciels à jour,  choisir des mots de passe qui sont plus complexes que 12345, soleil, ou amour et vous assurer que le concepteur ne laisse pas de trous de sécurité. Le temps d’une entrevue est bien peu pour nommer tout ce qu’il y a faire pour qu’un site soit et demeure sécuritaire, mais dans tous les cas, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels.

Ce que j’aurai aimé ajouter

On ne peut pas être certains pour le moment que les pirates et les satires sont du même groupe. Il y a surement un lien entre les 2 évènements, mais ce n’est pas nécessairement une concertation.

Ne mettez pas de liens directs vers les sites à problèmes comme cette parodie, car vous aidez son référencement (et oui c’est la deuxième fois dans ce billet, mais ça fait partie des choses à savoir si on commente sur ce réseau !).

Peu de pirates savent rester anonymes et plusieurs font face à la justice, les coupables sont généralement punis.

Bon je n’en aurais pas vraiment parlé, mais voici comment fonctionnent les mises en demeure.

Conclusion

Le site original valjalbert.com est de retour, il y avait donc visiblement des copies de sauvegarde. Pour fermer le site calomnieux, ils ont employé les grands moyens, une injonction de la cour supérieure et les démarches se poursuivront en justice.

 

Un article de .